Archive pour le mot-clef ‘formation à distance’

Réflexions en ce début 2014 sur la posture de formateur

Mardi 7 janvier 2014

Tout d’abord premier article 2014: Tous mes vœux de réalisation de projets à vous et vos proches pour cette année qui émerge.

De mon coté, un de mes projets serait d’arriver à convaincre 100 responsables formation de l’efficacité de la méthode classe virtuelle. C’est parti , compteur à Zéro en ce mardi 7 janvier 2014 … du travail à venir…. let’s hope

Allez, quelques réflexion de début d’année du pourquoi cela marche la classe virtuelle et amener le compteur à 3 ! Quel objectif!

Connaitre son audience.

Un des éléments clés de réussite de formation est la connaissance de ses participants. La classe virtuelle de part la planification des sessions dans le temps, permet une connaissance approfondie des personnes, et mieux je connais, mieux je peux m’adapter à l’autre!

S’améliorer et s’adapter.

Chaque session fait office de feedbacks intéressants, que le formateur peut prend à son compte pour l’intégrer dans son parcours pédagogique et proposer quelques modifications à la session suivante!

Agenda session

Le mécanisme de tableau de bord permet de laisser le sommaire apparent pendant toute la durée de la session et ainsi de suivre l’évolution des objectifs pédagogiques.

Développer sa posture

Chaque formateur utilise une posture qui lui est propre et qui fait de lui un élément prépondérant de la réussite de l’action de formation. Il se doit de trouver sa posture que j’appellerais virtuelle en travaillant sur sur l’aménagement de ses codes de conduite , de ses outils d’animation, de sa communication.

Idée: Une petite formation chez FAD FORMATION par exemple et hop l’adaptation à la nouvelle posture sera réalisée …. hum c’est un peu de pub cà? allez on enchaine

Pratiquer

Un des nombreux avantages est aussi la pratique (suivant le domaine de compétences bien sur), l’application pouvant de faire sur le terrain professionnel même des participants avec des retours d’expérience enrichissants.

Participation

La classe virtuelle se doit d’être participative. Le formateur doit laisser souvent son rôle d’animateur: important de privilégier la parole, l’interaction, le questionnement …

Fréquence des interactions : en général ce qu’on retrouve au niveau retour d’expérience : 3 à 5/6 minutes.

Élément intéressant à prendre en considération en animation de réunions à distance.

Questions de formateur:

- Qu’en pensez vous?

- Tout le monde a bien compris?

Je vous laisse murir votre réflexion sur l’utilisation de ce type de questions …

Élément essentiel au niveau posture: avoir un regard à 360 degrés!

Cordialement, Jean Jacques Marcel

www.classe-virtuelle.fr www.fad-formation.fr

Etre ou ne pas etre inconscient

Mercredi 10 février 2010

De l’inconscience de notre incompétence à l’inconscience de notre compétence!

Formation classe virtuelle, à distance synchrone : une compétence ?

Compétence ? Beaucoup de définitions, d’approche autour de ce concept. La plus simple : savoir, savoir faire et savoir être dans un contexte donné.

Contexte de la formation synchrone ? Un accès Internet, un accès téléphone

Savoir ? Le savoir correspondant au contenu bien sur. Mais le savoir des outils collaboratifs aussi bine sur

Le savoir faire ? Utiliser ces nouveaux outils est effectivement un savoir faire qui comme toutes les apprentissages nécessitent quelques heures de vol ! Le crash est aussi possible (coupure de la communication) mais moins risqué…

Savoir être ? Primordial. Les canaux de communication para verbaux sont ceux à travailler. L’écoute est bien sur plus qu’importante.
Un petit détour sur les techniques de communication interpersonnelle peut être utile. Bienvenue chez FAD Formation (Mieux communiquer)

Donc, on part de l’inconscience de son incompétence.

L’exemple le plus classique : l’apprentissage du vélo. Suer le vélo. Rappelez vous la première fois : on court vite prendre le vélo du grand frère, on monte dessus et on y va. Catastrophe ! On se casse la gue…

On prend vite conscience de son incompétence. C’est une étape primordiale. On a tellement toujours l’impression de tout savoir, même les choses que l’on ne connaît pas…
A ce moment, on peut lettre en place les moyens qu’il faut. Conseils, essais, tentative, aide du papa ; On progresse, on progresse jusqu’au jour où ça a l’air de marcher..
On devient compétent. On en arrive donc au stade de la conscience de notre compétence.

On continue à apprendre : différentes techniques et puis on perd petit à petit conscience du fait que l’on sait faire du vélo ; Cela devient un automatisme.
Et bonjour l’inconscience. Mais cette fois ci, on a atteint l’inconscience de notre Compétence !

A vie ! Peut être, peut être pas… Bon nombre de nos compétences deviennent caduque : soit parce que l’on sert plus, soit parce que l’on en a plus besoin : oui, les vélos on en a plus besoin, maintenant qu’on a des 4×4 … hum ! passons…

Il faut donc pratiquer pour ensuite garder cette inconscience.

Ensuite, il faut toujours penser à regarder son environnement. Il bouge, il bouge et peut nous laisser tout seul avec notre compétence qui va devenir obsolète.

Par conséquent, penser à rester vigilant.

Les techniques Web évoluent: Il faut devenir « Webgilant » !

La Webgilance, la vigilance adaptée à l’évolution croissante du Web, de l’Internet, des réseaux sociaux, des solutions dématérialisées…

Jean Jacques Marcel, ACTAGILE FAD-FORMATION
fadeum

Durée d’une session de classe virtuelle FAD synchrone

Vendredi 22 janvier 2010

Quelle durée choisir?

Beaucoup de personnes intéressées par la question s’interrogent. Quelle est la bonne durée?
La question est bien sur importante et n’a pas de réponse ferme et ajustée.

Quelques réflexions permettant de se faire une idée

1) De quel point de vue se place t’on?

  • Est on du coté des participants?
  • Est on du coté du formateur?

Pour ce qui est de cette session, on se placera du coté des participants.

2) Bon ok, les participants

Participant actif?  Participant passif?

Bonne remarque, effectivement.
Est on en mode TV, complètement passif et en absorption?
Dans ce cas, pourquoi pas se dire qu’une durée de 1h30 à 2 heures est ok? C’est la durée moyenne d’un film :-) Cela laisse à penser que l’animateur intègre un haut niveau de curiosité et une intrigue des plus réfléchies! Attention au dénouement dans ce cas! si l’on veut que la personne continue à participer aux sessions suivantes… et attention au zapping !

En fait, la concentration, l’attention d’une personne ne dure pas indéfiniment. Au-delà d’une demi heure, on peut craindre un relâchement. On vous laisse aux spécialistes neurologiques pour creuser le sujet. Ce qui entraîne qu’en formation à distance, le formateur doit être vigilant sur cet aspect et se doit d’utiliser quelques techniques permettant de maintenir un niveau de concentration acceptable.

Une formation a en général un objectif d’apprentissage. Apprendre quelque chose c’est avant tout porter son attention sur ce quelque chose. Bien sur, l’intérêt et la motivation rentrent en ligne de compte. A la charge du formateur d’évaluer cette dimension !

Pour des participants actifs, cet aspect négatif de perte de concentration s’allège quelque peu. Le fait de pouvoir s’exprimer, parler, poser une question, intervenir créé la condition de coupure de maintenance de l’attention. Il y a une sorte de réactivation de l’énergie disponible.

Vous l’avez compris. On a intérêt à rendre les participants quelque peu actifs.

Mais attention à bien gérer le curseur !

Ces quelques commentaires permettent de mieux comprendre une des raisons qui font que chez FAD Formation, les séquences de formation dépassent rarement 1h30′.

La variabilité dépendra d’autres facteurs avec par exemple le nombre de participants, le type d’activités….

Jean Jacques Marcel, ACTAGILE FAD-FORMATION
fadeum